Rapport d'activités 2016

Page
Menu
News
Vous êtes ici :   Home > Events > Mai

Mai


Violente agression du commissaire divisionnaire de police Pierre Vandersmissen


En marge de la manifestation nationale du 24 mai 2016, le commissaire divisionnaire Pierre Vandersmissen, directeur de notre service des interventions et du soutien opérationnel, a été victime de la violence aussi gratuite qu’inouïe d’un manifestant.

Les images ont fait le tour des médias du pays : le commissaire  divisionnaire Vandersmissen, le visage en sang, gisant inconscient au sol après avoir reçu un coup d’une violence absolue à la tête. Transporté à l’hôpital, le policier a reçu 24 points de suture. 

Ce dramatique fait divers, qui aurait pu déboucher sur une issue fatale, rappelle une triste réalité : les agressions de plus en plus récurrentes dont font l’objet les policiers. A Bruxelles, on estime que les forces de l’ordre sont victimes dans l’exercice de leurs fonctions de plus de quatre agressions par jour.  


Notre zone tient son premier stand à The Belgian Pride de Bruxelles

lgbtqi

En 2016, la zone Bruxelles CAPITALE Ixelles a tenu pour la premier fois un stand lors de The Belgian Pride, et ce en collaboration avec les Rainbow Cops.

Outre notre volonté de rappeler que notre corps de police partage les valeurs de tolérance, d’échange et d’ouverture d’esprit véhiculées par la Pride, cette présence voulait démontrer, d’une part, que la fonction de police est bien évidemment ouverte à tout candidat capable, sans discrimination aucune quant à son orientation sexuelle et réaffirmer, d’autre part, notre engagement à poursuivre les faits d’homophobie.

Bien que le nombre de plaintes reste relativement stable, force est de constater qu’il n’existe pas de statistiques absolues permettant de chiffrer le nombre d’agressions commises à l’égard des LGBTQI (Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender, Queer, Intersexual) car trop peu sont celles et ceux qui osent déposer plainte ou qui le font en spécifiant le caractère homophobe de l’agression dont ils ont été victime.

Si depuis plusieurs années les faits d’homophobie peuvent être explicitement repris dans les dépositions, la déclaration du caractère homophobe doit être spontanée. L’actant ne peut, en effet, interroger le plaignant sur son orientation sexuelle, et ce même s’il suppute un lien de corrélation possible avec le méfait rapporté.

Nous incitons toute personne victime d’homophobie à déposer plainte auprès des services de police. Il est crucial d’identifier et d’enregistrer les faits de discrimination et de violences liés à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre.

L’adresse de notre référent LGBTQI est zp.polbru.lgbtfocus@police.be

Au fil de 2016

Mai

www.polbru.be | Login